Torture schyzophrénique passé minuit

Ne pense à rien. Dors. Ne pense à rien. Dors. Ne pense à rien. Dors.

Refrain de cette créature de la nuit. Une chanson tous les soirs, alors que toutes les lumière sont éteintes, que son cerveau prend enfin le temps de revenir sur ce qu’est la vie, la sienne, et la direction dans laquelle il l’amène. Hantées, ses pensées lui interdisent tout sommeil, qu’il soit l’heure ou non. Créature de la nuit ne dormira pas en même temps que les autres. Il avait beau s’être acccoutumer à un rythme de vie différent, plus sain que d’ordinaire, il se voit maintenant condamné à une attente incessante.

Ce n’est pas grave si je fais un cauchemar ce soir. Je veux juste dormir. Ne pense à rien. Dors. S’il te plait. Dors !

Au bout d’un moment, peut être, mais pas pour l’instant. Continuons d’abord notre malediction sur lui, envahissons son esprit de tous les regrets qu’il aurait pu imaginer. « Suis-je heureux » t’étais-tu demandé ? Mais avais-tu seulement abordé la question du futur ? Oh, oui, ça tu es doué pour te pencher et critiquer le passé jusqu’à en rire, mais qu’en est-il de demain ? As-tu pensé à demain ? T’arrives-t-il de penser à demain ?

Chhhhhh !… Je veux dormir. Laisse moi dormir. Je ne veux pas, je ne peux pas, me torturer comme ça…Tous les soirs…

Je n’en doutes pas, et pourtant… Tu es bien généreux quand il s’agit de torture. Qu’il s’agisse de toi ou des autres d’ailleurs. Mais j’en ai trop dit. Ne dépassons pas les bornes. Tu es merveilleux, tu es beau, tu es intélligent, tu es parfait, te dit-elle. Profites-en bien. Ca doit faire plaisir à entendre, va.

Tais-toi. Tu sais bien que ces choses n’ont jamais eu d’impact sur moi, ou trop peu pour que je les accepte. Ce ne sont pas des compliments qui vont me faire oublier ce qui ne va pas dans ma tête et dans ma vie.

Oh non. C’est sûr. Mais ça peut faire un bon pansement en attendant, un début de paumade si tu préfères, non ?

Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je suis fatigué. Je veux juste dormir, je ne veux pas réfléchir et suranalyser à l’infini. S’il te plait. S’il te plait. Laisse moi dormir. J’en ai déjà trop. Je veux juste dormir et qu’on me réveille quand tout le reste sera derrière moi.

Si tu veux. Enfin si tu le dis. Si tu y crois ? Que ça arrive un jour j’entend. Héh.

Publicités
Torture schyzophrénique passé minuit

La parenthèse du dimanche

Un petit mot rapide pour demander comment ça se passe pour les gens qui passent par ici ? Je me suis permis de ne pas poster mon article du dimanche cette semaine et remplacer la chose par mon petit cauchemar en trois épisodes. J’espère que ça vous aura plu. Je reviendrai aux textes du dimanche à partir du mois prochain. Un texte extérieur au blog sera partagé pour le dimanche de la semaine prochaine.

En passant

Comme quoi, même avec 3h de sommeil…

Lorient.

Je suis de retour dans l’immeuble de mon adolescence à l’exception que je ne suis pas celui d’alors mais bien celui d’aujourd’hui. J’ai mes 28 années et je suis là à partager l’ancien appartement familial avec mes parents, visiblement de nouveau ensemble, sans savoir pourquoi ni comment. Le lieu respire le souvenir par un mélange de musique et de cigarette, le bruit de la moquette sous chacun de mes pas est lui aussi là alors que je semble me préparer à partir pour le travail. Lire la suite « Comme quoi, même avec 3h de sommeil… »

Comme quoi, même avec 3h de sommeil…