Premiers pas sur scène (3)

Le jour est arrivé, le soir n’a pas tardé, et le moment est venu de se rendre sur place. Intérieurement, c’est l’émotion sous toutes ses formes. Je suis angoissé à en avoir mal au ventre, mais je reste fier de ce que je suis sur le point d’accomplir. Il n’y a absolument rien d’anodin dans ce que je m’apprête à faire ce soir et j’espère que de multiples façons de témoigner de cette soirée seront possible. Des photos, des vidéos, des discussions, j’ai déjà hâte d’y avoir droit tel un jeune artiste dans une quête incessante de popularité.

J’ai peur et m’efforce de me convaincre autant que possible. Ce qui compte en soi n’est pas tant la qualité de la performance pour l’instant mais le fait de l’avoir fait. Et puis on est deux, sans parler du batteur et du bassiste qui seront avec nous. Ça va aller. On a bossé dessus toute la soirée d’hier, on s’est bien amusé, ça sera la même chose ce soir, il n’y a pas de raison. Finalement, je me dis qu’une bière me fera du bien dans cette situation. « La première, c’est celle qui te met en confiance » me confie un confrère musicien en me redonnant le sourire.

Mon verre se vide petit à petit, mes doigts reprennent leur activité mécanique alors que je me répète le morceau dans ma tête. Je n’ai plus besoin d’entendre les notes sortir de la guitare, je les devine dans ma tête. Tout se passera bien. Tout… Se passera… Bien…

Mon binôme arrive, il a l’air en forme lui aussi, peut-être même en meilleur forme que moi. Nous avons encore un peu de temps devant nous mais je reste heureux de le voir ici en avance. Peut-être pourrons nous rediscuter de la façon donc nous voulons jouer notre morceau ? Je lui fais un signe de la main et lui fais savoir que j’écoute les artistes actuellement sur scène avant de le retrouver en haut pour discuter un peu de ce soir. Un peu de détente, profitons, laissons le stress se faire oublier un instant. Le groupe qui passe est pas terrible, j’y gagne une confiance quelque peu honteuse à mon sens mais pas moins efficace.

Aller, on arrête là, je vais rejoindre l’ami en haut et voir s’il se fait dessus comme c’était mon cas y a quelques minutes.

« Je ne vais pas pouvoir jouer ce soir« . Une seule phrase et je retourne dans les ténèbres du doute et de l’effroi. Non, non, non, ce n’est pas possible, il n’est pas en train de me lâcher à la dernière minute quand même ? Il est là, ici, sur place, il ne va pas me faire ça quand même ?! Il ne peut pas me faire ça ! Je bouillonne intérieurement d’un mélange de colère, d’empathie et d’angoisse mais je ne renoncerai pas. Il faut que je garde la tête froide et la situation en main.

J’abandonne mon lâcheur à sa bière pour retourner à côté de la scène et rejoindre les organisateurs, voir ce qu’ils en disent. « Peut-être qu’ils annuleront notre performance ? » me dis-je avec un curieux espoir. Mieux que ça, je me retrouve avec un prof’ à la place de mon binôme. Je me dis que j’en profiterai pour me reposer sur lui, mon état de stress étant trop important à mon goût pour me permettre de faire quoi que ce soit proprement et encore moins de l’improvisation.

L’heure tourne, l’heure tourne et me voilà appelé à monter sur la scène. On me tend une guitare, on me pointe du doigt une chaise. Je pensais jouer debout, mais ça n’est grave, j’imagine que c’est pour que je sois à l’aise. Je me laisse guider et ne refuse rien. Un bref échange avec mon accompagnateur avant de commencé tout de même :
– « Je veux bien que tu fasses le solo par contre… Je ne me sens pas du tout de le faire, là, ce soir…
T’inquiète pas. Tu joues le morceau comme tu le sens, nous on te suit. L’important c’est que tu sois à l’aise sur scène. »

J’étais touché par la simplicité de sa réponse. Clairement je me prenais trop la tête sur cette situation. Je n’avais qu’à faire les choses comme je le sentais. Jouer un solo ou non, comme je le sens, l’important étant que quelque chose de cool sorte de tous nos instruments réunis.

« Et un, deux, trois, quatre ! »

Publicités
Premiers pas sur scène (3)